La Poule Faisane & Le Vieil Orme
Depuis 1962

L'immobilier de charme et de caractère à l'Ouest de Paris Yves Buscal


Accueil du blog
0

Les français restent dans leur région

Posté le 17/08/2017 par La Poule Faisane

Malgré la récession économique et la baisse du pouvoir d’achat, la demande sur le marché français de l’immobilier se maintient à un niveau élevé. Cette demande élevée entraîne une hausse des prix, qui n’est pas uniforme sur l’ensemble du territoire. Ces prix élevés s’expliquent également par un autre phénomène, qui ne saute pas aux yeux tant il paraît évident, qui est la tendance très marquée des Français à vouloir acheter dans leur propre région. Décryptage.

 

 

 

Acheter dans la même région, une évidence pour 9 Français sur 10

 

Les Français sont unanimes sur au moins un sujet : lorsqu’on achète un bien immobilier, il vaut mieux l’acheter dans la même région que celle où l'on habite.

 

En effet, une étude réalisée par Empruntis, un courtier spécialisé en crédit immobilier, révèle que “92 % des Français envisagent d’acheter dans leur région”. Une préférence qui se confirme à un échelon encore plus local, car l’étude démontre également que 88 % des Français souhaitent acheter dans leur propre département.

 

Ces chiffres reflètent la tendance générale, mais la réalité est quelque peu différente si on se penche sur le cas de chaque région. Ainsi, certaines régions gagnent en attractivité d’année en année, tandis que d’autres peinent à maintenir leur population. Dans les régions où les habitants souhaitent le plus se maintenir (Aquitaine, Alsace, Auvergne), plus de 90 % des futurs acheteurs comptent rester dans la même région. À l’inverse, dans les régions les moins attrayantes (Picardie, Champagne-Ardenne, Centre, Limousin), à peine un habitant sur quatre prévoit d’acheter sur place.

 

Ce qu’il faut comprendre, c’est que les Français préfèrent acheter dans leur propre région d’une part pour des raisons psychologiques (sentiment d’attachement, cadre de vie, famille…), et d’autre part pour des raisons pratiques. En effet, les régions qui n’ont pas de mal à maintenir leur population sont celles qui abritent de grands pôles urbains. Elles disposent de meilleurs services et infrastructures (transports, commerces, écoles, etc.) et sont d’importants bassins d’emploi. À l’inverse, les régions qui ont du mal à garder leur population sont pour la plupart des zones rurales pauvres en infrastructures, et où les taux de chômage sont souvent élevés.

 

À noter que depuis 2015, l’âge n’est plus un critère de différenciation dans le choix de la localisation lors d’un achat immobilier.

 

 

Quelles conséquences pour le marché immobilier ?

 

Si cette tendance générale bénéficie plus ou moins aux grandes métropoles, elle amplifie le phénomène de “désert économique” dans les zones les moins attractives. Les écarts de prix peuvent aller du simple dans une ville comme Charleville-Mézières (Ardennes), au triple dans une métropole du type Lyon (Rhône-Alpes).

 

 

Un cas particulier, l’Ile-de-France

 

Alors que cette région figure sans surprise parmi les régions les plus attractives, une majorité de Franciliens souhaite acheter ailleurs qu’en Ile-de-France. En cause, la volonté des Franciliens de se rapprocher davantage du littoral, notamment vers le sud. Par exemple, 33 % de ceux qui souhaitent acheter un bien immobilier en région PACA sont des Franciliens.

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.